Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baisse des effectifs et hausse de l'activité. Les salariés paient la note!

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Au CE Exploitation de janvier va être présenté le « volet complémentaire Transform » avec le plan de suppressions d’emplois dans les escales France et sur le HUB  :

*1/Si la direction arrive à ses fins, cela signifiera 38% de baisse des effectifs entre 2008 et 2014 sur le point à point.

 

725 suppressions d’emplois, dont

Escale

 

Eff fin2013

PAP

"sureff"

fin 2013

"sureff sup

baisse activ 2014

supp emplois due au  plan action

 

Total PDV
ORY 1352 -57 68 117 128
MRS 583 31 85 62 178
NCE 507 85 23 2 110
TLS 194 56 18 16 90
LYS 282 0 8 16 24
BOD 252 26 7 8 41
AJA 192 21 0 11 32
BIA 170 17 0 9 26
SXB 146 6 18 6 30
NTE 144 8 15 12 35
MPL 129 -1 2 12 13
MLH 100 -5 0 19 14
TLN 29 2 2 0 4
Supp 55 -4      
TOTAL 4335 185 246 291 725

Il faut noter que, pour l’essentiel, cette baisse d’effectifs ne peut pas être expliquée par une baisse d’activité : 

De 2008 à 2013, le nb de PAX AF sur le PAP, d’après les chiffres AF évidemment, a baissé de 5%..... et les effectifs de 25%. Les touchées ont baissé de 9% grâce sûrement à l’augmentation des coeffs de remplissage, à une saisonnalité accentuée,  aux changements machines, etc….Dans tous les cas, les gains de productivité nouvelle technologies se font sur le dos des salariés.

Dans tous les cas, la « méthode » Direction est clairement d’avancer au maximum. Le point de départ était les fameux 20% de productivité des « coûts pilotables ». Mais, alors que le bilan 2013 sur ce plan est plus que flou, la Direction va plus loin évoquant un "benchmark"  ( une étude comparative quoi…) avec l’escale CCI de Pau, et une « cible organisationnelle escale »….

La méthode est comme toujours de prouver que le CUTP (coût unitaire touchée pondérée) est beaucoup plus cher à  AF. Alors la comparaison se fait avec des escales CCI où se pratiquent les doubles montées, la flexibilité des horaires et des longueurs de vacations, l’emploi maximum de la MOE, CDD et contrats étudiants. En gros l’emploi précaire et la dégradations maximale des conditions de travail, c’est cela le modèle cible d’AF.

Les 246 sureff ne correpondent pas à une baisse du nb de PAX en 2014 et les 291 supplémentaires correspondent à des objectifs d’attaques sociales :

45 à 60 par le passage à l’annualisation et aux amplitudes variables,

110 à 140 par les fusions de tâches (Passage, Vente, Bagages)

46 à 66 par les DBA, le selfboarding et Altéa,

25 à 40 par la finalisation de la cible Avion

Ce qui est clair, c’est que le sureff chiffré correspond plus à ces « gains du plan d’action » qu’à la programmation d’une baisse d’activité : c’est bien des gains de productivité maximum qui sont envisagés alors que la tension est déjà forte dans les escales.

Ainsi à MRS est programmée une baisse de 48,8% de l’effectif du Passage !

Dans ses calculs, la direction prend pour référence un CUTP de 13 ( celui de la CCI de Pau) qualifié de « prix du marché » et donc de l’objectif à atteindre ….Le but est bien de précariser l’emploi, de pourrir les conditions de travail, de supprimer le max d’eff au Passage et de passer le maximum de l’assistance à la sous-traitance….

Aussi l’habillage des chiffres est surtout une pression : même la réalisation des objectifs du PDV à 100% ferait baisser le CUTP de 32,4 à 30 ! Loin donc de l’Eldorado de la CCI de Pau !!!!

La pression sur les salariés pour faire baisser le CUTP qui serait la clef de voûte de la baisse coûts des lignes du PAP qui serait elle-même la clef de voûte de l’équilibre du CC/MC qui serait elle-même la clef de voûte du retour à l’équilibre d’AF est donc un montage qui veut surtout dans les escales comme ailleurs casser les règles d’emploi et revenir sur les acquis des 30 dernières années….C’est moins un impératif économique qu’un nettoyage social.

D’ailleurs, dans les coûts des lignes PAP, officiellement, le coût de l’escale représente 20% du coût . En remplissant 100% des objectifs du PDV, AF ferait une réduction de 2,5% du coût total du PAP !!!

 

* 2/ « Avenir du Hub » : une suppression supplémentaire de 360 ETP en 2014 ( sur un effectif de 6120 ETP). 

La direction explique bien que ce « sureff » est calculé sur l’estimation des gains de productivité obtenus par la mise en place de quatre types d’actions « nouvelles » :

-les Back-offices avec la mise en place d’Altea,  « l’optimisation des vacations en front line », la réorganisation du PPC,

-l’automatisation du Passage : Altéa, les DBA 4ème tri  2014 ( impact à terme -100 ETP), et en 2015 la mise en place du self-boarding ( impact à terme -100 ETP)

-la révision du  « process Piste » : réduction du tps de traitement avions MC, notamment

-une plus grande flexibilité (« adaptation de la charge aux besoins ») avec la dégradation de conditions de travail qui l’accompagne :

 -adaptation aux pointes du programme,

 -réduction des équipes de nuit,

-adaptation des prise de service et des amplitudes de vacation pour coller aux variations de charge dans la journée,

-flexibilité dans la semaine sur certains cycles (modif des jours de repos et jours travaillés)

-flexibilité sur l’année (déplacement de jours travaillés des périodes creuses vers les périodes de pics d’activité : 5 à 8 j. au Passage et 3 à 5 j. en Piste)

 

Du coup, la direction organise un PDV de 582 postes sur le HUB, dont elle-même n’espère pas la réalisation à 100%.

La différence entre les 360 et les 582 vient surtout d’un sureff théorique fin 2013 de 261 ( dont  198 Passage et 32 Trafic). Au total entre les  besoins calculés par la Direction entre 2013 et 2014, on arrive à 413 « sureff » Passage, 126 « sureff » Piste ( ETP) et 75 Trafic.

Au total, la Direction compte obtenir sur le HUB, 12% de supressions de postes ETP au Passage, 16% au trafic , 9% aux Ventes, et 7% en Piste.

Comme la Direction sait qu’elle n’arrivera pas à 100%, elle prévoit des « leviers d’ajustement » :

-mutations internes hors du HUB et des reprises d’assistances compagnies tiers Vente Passage Piste 

Sur le HUB aussi, l’objectif est de faire encore baisser le coût unitaire de la touchée pondérée ( il est de 53,8€ en 2013). Il a déjà baissé de 11,3% depuis 2009 et la Direction veut atteindre 52€ en 2015.

 

Pour notre organisation syndicale Sud Aérien, la dirction continue sa startégie en diminuant la masse salariale prétendue trop importante et qui n'a plus lieu d'etre en raison des nouvelles technologies qui facilitent l'autonomie des passagers pretexte-elle. Par ailleurs, elle anualise le temps de travail, augmente la productivité, baisse les salaires et devant l'augmentation du trafic aérien à venir, elle accélère la casse des emplois qui profitera évidemment à la soustraitance qu'elle solicite déjà  dans bien des domaines d'activités. Malgré les bénéfices et la très bonne santé de la compagie Air France, la direction continuera sa recherche d'économieb afin de satisfaire les actionnaires au détriment du salarié. Il va falloir réagir car la prochaine étape risque bien d'être moins supportable à accepter!!  

 

NB

En ce qui concerne le référé sur la loi Diard, réponse le 14 février 2014 

Baisse des effectifs et hausse de l'activité. Les salariés paient la note!

Commenter cet article