Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SALAIRES, INTERESSEMENT……VIVENT LES RICHES !!!!

Publié le par Sud Aérien Roissy Escale

Jour après jour, la Direction joue le mépris vis à vis des salariés d’Air France.

Pour le PNC, les négociations s’éternisent avec un blocage des négociateurs de la Direction qui refusent de compenser la pénibilité et les gains de productivité faits depuis des années sur le dos des hôtesses et stewards.

A l’Exploitation, alors que 4 jours de grève ont bloqué Orly ouest et de nombreux vols en escale, la Direction là aussi a refusé tout dialogue sur les emplois et les salaires,  préférant jouer la provocation par voie de presse.

 

Alors que la négociation sur les salaires s’ouvre le 22 janvier, la Direction vient d’annoncer ses propositions concernant l’intéressement 2008/2011 :

Cela confirme bien ce que nous avions annoncé en juillet, le projet est un intéressement intégralement proportionnel au salaire, satisfaisant ainsi l’exigence du SNPL. Au diable la justice sociale si c’est pour avoir la paix sociale avec les pilotes. Le graphique au verso donne une idée de ce que pourrait donner un intéressement de cet acabit, et nous espérons bien qu’une majorité de syndicats pourra rendre nul et non avenu un tel projet.

Mais n’en doutons pas, la Direction d’Air France comptera sûrement appâter en promettant un intéressement majoré par rapport à celui de 2007 : pour faire passer au sol avec une miette le gâteau que ramasserait le PNT….et pour faire causer de l’intéressement alors que le vrai problème, évidemment, ce sont les salaires.

 

En un an le gaz a pris 12,7%, les carburants 10%, les légumes 6.7%, les loyers 3.9%....en moyenne évidemment !!!! L’indice INSEE ne rend pas compte de ces augmentations. C’est pourtant la bible à Air France, les augmentations de salaires étant bloquées sur cet indice, que l’on a même du mal à suivre. Résultat, notre pouvoir d’achat s’effondre et n’a jamais rattrapé les 7% perdus par le blocage des salaires entre 1993 et 1997.

 

Le président Spinetta et ses adjoints ne mégotent pas sur leurs propres augmentations de salaires (+28.5%), les PNT non plus et l’intéressement qui leur est offert aujourd’hui n’est que la cerise sur le gâteau déjà obtenu.

La direction d’Air France est capable aussi d’augmenter la surtaxe carburant régulièrement (elle est passée à  71€ sur longs courriers le 11 janvier) avec une augmentation de 6.13% en un an…Mais visiblement, ce que la Direction est capable de faire pour le prix du billet, elle ne sait pas le faire pour les IKV !!!!!..

Il va donc falloir se battre sérieusement pour obtenir notre dû.

En suivant l’exemple de ce qu’ont fait les PNC et les agents l’exploitation !!!!

 

50 points pour tous /  Revalorisation des IKV  /  11ème échelon d’ancienneté

Extension à tous de la prime de repas des 
ex-Air Inter.

Bureau National

Voir les commentaires

VIOLENCES SUR LE VOL AIR FRANCE 896 LORS D'UNE EXPULSION.

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

QUE S'EST-IL PASSÉ LE 9 JANVIER 2008 SUR LE VOL 
AIR FRANCE 896 
À DESTINATION DE BRAZZAVILLE ? 


Selon les informations dont nous disposons, de violents 
incidents auraient eu lieu 
le 9 janvier 2008 au départ du vol AIR FRANCE 896 
à destination de Brazzaville (Congo). 
Selon des témoins, deux passagers expulsés des Etats-Unis 
auraient transité par Roissy vers le Congo. 
Ils étaient escortés par 3 policiers américains. 
L'un des expulsés aurait refusé d'embarquer sur ce vol 
AIR
FRANCE. 
Il aurait alors été très violemment frappé par l'escorte 
américaine, l'un des policiers
lui projetant le visage au sol 
avec une extrême brutalité à plusieurs
reprises
jusqu'à le 
faire vomir et tacher de son sang les parois de l'avion. 
Le commandant de bord ne serait pas intervenu 
pour mettre un terme
à cette agression,
l'équipage très choqué 
refluant vers l'avant de l'appareil pour ne 
plus assister à
cette scène.

Le personnel au sol
appelé pour nettoyer l'appareil 
aurait refusé de le faire, 
estimant que le nettoyage des traces 
d'une telle maltraitance n'était pas de son ressort.
 
Ce serait alors le chef de cabine AIR FRANCE qui se serait 
chargé d'effacer
les traces de vomi et de sang sur le sol et les parois 
de l'appareil AIR FRANCE.
 L'avion aurait ensuite décollé avec 41 minutes de retard. 
L'affaire semble tellement grave que nous demandons 
qu'AIR FRANCE confirme ou démente nos informations et fasse 
un récit précis et complet des événements. 
Un syndicat d'AIR FRANCE demande des explications 
à la direction sur cette affaire. 
Si les faits étaient avérés, ils ne manqueraient 
pas de soulever bien des interrogations
 
auxquelles  AIR FRANCE doit répondre.

 La police fédérale des Etats-Unis est-elle autorisée à procéder 
à des expulsions
sur des avions 
AIR FRANCE ?
 
En vertu de quels accords ?


Si la réponse est positive, est-elle autorisée à lyncher 
ceux qui, même contraints, restent 
des passagers  AIR FRANCE ?


Les faits s'étant produits sur le sol français et à bord d'un 
appareil français, des poursuites contre les policiers violents 
sont-elles envisageables, voire à envisager ? 

Quelles mesures la compagnie AIR FRANCE 
compte-t-elle prendre
pour qu'une telle violence n'existe 
plus à bord des appareils d'une compagnie

dont le but affiché est de 
« faire du ciel le plus bel endroit du monde » ? 

Au-delà des circonstances semble-t-il spécialement violentes 
de cet épisode,
les nombreux incidents, parfois violents aussi, 
qui émaillent les vols sur lesquels
se trouvent 
des passagers expulsés, parfois des familles entières, 
posent
le problème 
de la responsabilité d'AIR
FRANCE. Venant après l'affaire 
des locaux concédés par Aéroport de Paris à la PAF 
pour y établir ses zones de transit clandestines, impropres 
en tous points 
(hygiène, couchage, communication) 
à l'accueil temporaire même exceptionnel de plusieurs dizaines 
de personnes
et parfois d'enfants, ce nouvel incident pose 
une fois
encore la question
des expulsions auxquelles 
ADP et AIR FRANCE collaborent. 
Les droits de l'Homme que les éducateurs, parents 
et enseignants, qui composent le RESF
se donnent pour 
mission d'enseigner à leurs
élèves et à leurs enfants
 
peuvent-ils être publiquement bafoués de la sorte sans 
qu'AIR FRANCE ne trouve
rien à y redire ? 
Nous attendons les réponses de la compagnie aérienne 
dont nous ne manquerons pas
de faire état publiquement. 


Communiqué RESF  

Voir les commentaires

1 2 3 > >>