Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le 1er Mai, soyons offensifs !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

 

Nous sommes à la croisée des chemins, soit nous courbons l’échine devant les politiques d’austérité, les diktats du patronat et des marchés financiers, soit nous passons à l’offensive pour défendre les acquis sociaux, pour en conquérir de nouveaux et imposer une autre répartition des richesses.

La finance internationale, les multinationales et les oligarchies politiques, veulent infliger une défaite majeure aux classes ouvrières du monde, mettre à genoux les populations, pour perpétuer un système capitaliste qui nous mène à la ruine, engendre pauvreté et précarité.

L’explosion des profits financiers des entreprises et des dividendes versés aux actionnaires, la liberté de circulation des capitaux, la fraude fiscale des plus riches, le développement des paradis fiscaux, ont permis le plus grand hold-up des richesses produites par les salarié-es et plongé des millions de personnes dans la misère et le chômage.

La construction libérale de l’Europe doit être défaite et refondée sur des principes de solidarité et de coopération entre les peuples. Il faut en finir avec le dumping fiscal et social, les politiques d’austérité et le déni de démocratie imposés par les traités successifs dont le dernier sur la « règle d’or ».

Les dégâts du Sarkozysme et du MEDEF  

Nicolas Sarkozy a choisi d’être le Président des riches et du MEDEF : contre-réformes des impôts sur le revenu et des sociétés, qui favorisent les plus riches et privent de recettes les services publics, allégement de l’impôt sur la fortune, défiscalisation des heures supplémentaires, augmentation de la TVA… Alors que l’impôt sur les sociétés est théoriquement de 33%, les grandes entreprises du CAC 40 sont imposées, dans les faits, à 8 % et les petites entreprises le sont à 28 %. _ Les niches fiscales représentent 75 milliards d’euros chaque année : ce sont majoritairement les contribuables les plus aisés qui en profitent le plus !

5 millions de chômeurs et chômeuses, 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté : depuis 2007, c’est 35 % de chômeurs/chômeuses en plus ! Ces derniers sont considérés comme des « fraudeurs qui abusent de l’assistanat » alors même que 60% d’entre eux ne sont pas indemnisés par l’assurance chômage et sont obligés de survivre avec les minima sociaux.

Le projet d’accord « compétitivité/emploi » pour Sarkozy et le MEDEF vise à détruire toutes les garanties collectives du contrat de travail, à nous faire travailler plus pour gagner moins. Nous devrons peser sur les négociations qui reprennent le 16 mai pour empêcher cette régression sociale majeure inacceptable.

 

Depuis 2007, le gouvernement n’a donné aucun coup de pouce au SMIC, encourageant le patronat à poursuivre sa logique de « modération salariale ».

Dans la Fonction publique, la valeur du point est gelée depuis juillet 2010 et la perte de pouvoir d’achat depuis 2007 est de 6 %.

Aucun rattrapage des pensions n’a été mis en oeuvre alors que l’indexation des pensions sur les prix a entrainé une perte de pouvoir d’achat des retraités qui se cumule chaque année et représente un retard de 17% en 15 ans sur le salaire moyen.

L’égalité salariale entre les femmes et les hommes devait être réalisée au 31 décembre 2010 selon Nicolas Sarkozy : promesse non tenue comme tant d’autres.

L’écart salarial reste de 25 % et au niveau des retraites, la pension moyenne des femmes est inférieure de 40 % à celle des hommes !

 

Alors même qu’il faudrait des services publics plus nombreux, mieux répartis sur tout le territoire et les quartiers populaires, répondant mieux aux besoins de l’ensemble de la population, 150 000 emplois ont été supprimés en 5 ans, dans la Fonction publique d’Etat, avec le non renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. La Fonction publique hospitalière et la Fonction publique territoriale ne sont pas mieux loties.

La remise en cause de la retraite à 60 ans en 2010, le recul à 62 ans de l’âge de départ et à 67 ans de l’âge annulant la décote, l’allongement du nombre d’annuités nécessaires s’inscrivent dans un vaste démantèlement de notre système de protection sociale. L’accès à la santé est remis en cause, la prise en charge de l’aide à la perte d’autonomie qui devait être un grand chantier a été remise à plus tard.

Nous avons assisté à la mise en place d’une politique xénophobe et raciste au plus haut niveau de l’État. Elle s’inscrit parfaitement dans la même logique que celle du Front National qui demeure le pire ennemi des salarié-es des chômeurs/ chômeuses, des précaires et des retraité-es.

Le 1er Mai et après, sans lutte, rien ne nous sera donné !

Les luttes dans le privé comme dans le public n’ont jamais cessé mais la question de leurs convergences pour peser sur notre avenir reste posées. La détermination des salariés d’Arcelormittal nous montre la voie. Tous ensemble, nous devons construire dès maintenant la coordination nationale des luttes pour le droit à l’emploi, une protection sociale de haut niveau, des services publics de qualité, une autre répartition des richesses et l’instauration d’une démocratie sociale sur les choix économiques et sociaux prioritaires, tenant compte des impératifs écologiques.


Quelle que soit l’issue des élections, le changement dépend de nous, de notre volonté et de notre capacité à faire plier le patronat, les puissances d’argent, et les gouvernements qui veulent nous faire payer leur crise.



Voir les commentaires

SILENCE … ON TRANSFORM !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

 

Depuis début avril, nous sommes entrés dans un tunnel, un trou noir de la communication :

Les syndicats négociateurs et la Direction sont entrés dans les chambres obscures et

silencieuses de « Transform », pour la mise en pièce de nos conventions collectives et des accords RTT... et rien ne filtre !

On subit déjà les premières mesures :

 

SALAIRES : 0 + 0 = LA TETE A TOTO !

 

En deux réunions bâchées les 3 et 4 avril de « négociations » annuelles obligatoires, la

Direction a annoncé simplement :

- 0% de rattrapage pour les années antérieures (malgré une perte 2011 de 0,9 % par

rapport à l’indice INSEE et 1,6% de perte pour les deux années antérieures)

- 0% d’augmentation de la valeur du point pour 2012 et la « promesse » d’une mesure

identique en 2013

- 0% d’avancement pour 2012 et « promesse » d’une mesure identique pour 2013.

Pendant ce temps-là, évidemment, nos dépenses quotidiennes augmentent, à commencer par le logement, l’alimentation et l’énergie :

- 14% d’augmentation du prix moyen de l’essence en 2011,

- 20% d’augmentation du prix du fioul domestique,

- 5% d’augmentation des prix alimentaires,

- 3,5% d’augmentation des prix des loyers.

- Etc ….

AUCUNE RAISON D’ACCEPTER UNE TELLE AMPUTATION DE NOTRE POUVOIR D’ACHAT !

Apparemment, aucun syndicat n’a accepté le résultat de ces réunions, alors que faisons-nous maintenant ?

Nous proposons aux autres syndicats une action commune dans les semaines à

venir pour imposer de nouvelles négociations et empêcher l’amputation de notre pouvoir

d’achat !

… ET MAINTENANT ?

Suite à la honteuse signature de l’accord de cadrage par la CFDT, CGC, UNSA et FO, ces syndicats ont accepté la remise en cause de tous nos accords pour aboutir à + 20% de productivité, c'est-à-dire 20% d’économie sur la masse salariale.

 

Soyons clair en effet :

TRANSFORM est un plan qui n’a que ce seul objectif :

Faire baisser de 20% la masse salariale des salariés d’Air France ! C’est en effet le seul contenu concret des accords et des groupes de travail mis sur pied par la Direction.

Evidemment, il n’y aucune démarche identique chez KLM, où la Direction considère que le pouvoir d’achat a déjà été raboté !

 

Nous le répétons, même si malheureusement nous sommes

le seul syndicat à vous le dire :

- Air France n’est pas au bord du dépôt de bilan et le Groupe AF/KLM n’est en rien à la dérive : la dramatisation orchestrée par la direction que l’on connaît dans nos murs n’apparaît évidemment pas chez KLM.

 

En février, le trafic mondial a augmenté de 8,6% par rapport à 2011 (chiffres IATA), nouvelle preuve que l’environnement économique du secteur n’est pas « en crise ». En février toujours, le trafic « Premium » mondial (First et Business) est en croissance, croissance équivalent à 25% d’augmentation depuis février 2009.

Le Groupe aussi est en croissance : pour le mois de mars le trafic est en augmentation de 6,8% par rapport à mars 2011 (18336 millions de PKT), avec un coefficient d’occupation de 82,5% (+3,8%)… une véritable catastrophe, quoi ! Ainsi, Lufthansa Group pour le même mois est derrière AF/KLM (16214 millions de PKT), avec un coefficient d’occupation de 76,8 %. Nous ne cultivons pas la concurrence avec Lufthansa, mais ces chiffres permettent de comprendre, une nouvelle fois, que le seul problème de nos dirigeants n’est pas l’activité, mais bien plutôt nos emplois et nos salaires.

Car, pendant ce temps-là, le Groupe continue son développement ... après le positionnement pour le rachat de la LOT, la perspective d’intégration d’Alitalia, c’est le développement en Chine qui est à l’ordre du jour avec l’ouverture début avril d’une ligne vers Wuhan, dont on sait qu’elle ne sera bénéficiaire que dans plusieurs années … mais c’est un investissement !

Récemment, la presse allemande s’est fait l’écho d’un nouveau projet de low cost Air France …avec la politique sociale appropriée -au rabais- pour les personnels, bien sûr !

Une fois de plus : l’objectif affiché par De Juniac est de baisser les coûts sur le seul dos du personnel … il nous appartient, tous ensemble, de ne pas se laisser faire !

 

INFO : la direction attaque SUD Aérien devant les tribunaux pour avoir publié un tract faisant référence aux billets « avantageux » accordés à notre ex directeur général, M.PH.Gourgeon !

Les comptes AF 2011 sont sortis : nous y apprenons que M. PH. Gourgeon a gagné en :

- 2010 - 2011 : 1 312 500 € avant échange salaire-action (1 211700 € après)

- 2011 : 2 198 416 €, avant échange salaire-action (2 190 016 € après)

Précision :

le salaire versé en 2011 couvre la période 1er avril - 17 octobre 2011

… mais il est vrai que les temps sont durs pour tout le monde!

 

Voir les commentaires

1 2 > >>