Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Passe droits: les patrons maintiennent leurs acquis!!

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Passe droits: les patrons maintiennent  leurs acquis!!

Première classe

Air France développe une politique commerciale destinée à câliner ses
meilleurs clients, gratifiés de/cartes gold, platinium, très grand voyageur et autres attributs qui donnent l’illusion de compter dans la société.

Mais la vraie distinction est ailleurs : c’est l’appartenance à un cercle chic :

le Club 2 000

2 000 personnes, leur nombre est plafonné volontairement, dans le monde, quel que soit le tarif du billet qu’elles ont acheté, sont traitées avec les plus grands égards.
Jean-Cyril Spinetta, le président de la compagnie, tient personnellement la liste à jour. Parmi les heureux élus : la plupart des anciens ministres des Transports, mais aussi Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, et, avant lui, le cardinal Lustiger. Un mélange de politiques, de hauts fonctionnaires et de personnalités plus en vue, comme quelques Prix Nobel. Pour ceux-là, la compagnie est capable de retarder un appareil
ou peut débloquer un siège ou deux dans un avion bondé pour y accueillir des personnalités signalées.

De même, dans tous les TGV, trois places vides sont réservées jusqu’au dernier moment. Ce sont les places DG, pour « direction générale ». Là encore, c’est un proche du
président de la SNCF qui gère les demandes, traitées par ordre d’influence. « Tous les députés n’y ont pas droit, explique l’ancien ministre des Transports François Goulard. En revanche, ceux qui sont bien introduits, les membres des grands corps de l’État par exemple, connaissent le numéro de téléphone du service VIP, situé gare Saint-Lazare.

Ils disposent de cartes gratuites de transport, théoriquement pour effectuer leurs missions de contrôle dans le cadre du service public. Ils en profitent aussi lorsque c’est le moment d’aller aux sports d’hiver en famille. » Dans un tel contexte, les plus fragiles psychologiquement perdent pied.

En mars 2011, un jeune oligarque monté en graine, Pierre Coppey, P-D-G de Vinci Autoroutes, prend place, avec un de ses collaborateurs, dans le wagon de première classe d’un TGV à Marseille, direction Paris. Personne ne lui demande rien mais, pour impressionner son compagnon de voyage, il apostrophe deux contrôleurs qui passent dans le couloir, ainsi que l’a raconté Le Canard enchaîné2 :

« Qu’est-ce que c’est que cette cravate, c’est Guillaume Pepy3 qui vous l’a offerte ? Je vais lui envoyer un mail, c’est un bon copain, pour lui dire que je n’aime pas la couleur. » Les contrôleurs apprécient peu ce trait d’humour raffiné et demandent leurs billets aux deux compères. Manque de chance, ils n’en ont pas. Une amende s’impose, mais Pierre Coppey décline ses nom et qualité auprès des préposés. Ceux-ci interrogent leur hiérarchie, et une instruction tombe en temps réel : ne pas verbaliser.

Ahhhhh! Privilège quand tu nous tiens........................!!

Voir les commentaires

Nouvelles attaques contre nos retraites : dès maintenant, préparons la riposte !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Nouvelles attaques contre nos retraites : dès maintenant, préparons la riposte !

Marchant dans les traces de ses prédécesseurs, le gouvernement veut imposer une nouvelle remise en cause des droits à la retraite. Il entend aller vite, profiter de l’été pour faire croire à une « concertation » avec les organisations syndicales, et déposer son projet de loi dès septembre. L’Union syndicale Solidaires réaffirme qu’au contraire il faut annuler les précédentes contre-réformes ; les moyens financiers existent.

L’Union syndicale a proposé une action nationale interprofessionnelle dès le début septembre, inscrite dans la construction d’un mouvement d’ampleur.

Ce sera le mardi 10 septembre, à l’appel de CGT , FO, Solidai
res et FSU .

Nous ne tomberons pas dans le piège de la division

En 1993, 2003, 2007, nous avons connu cette tactique gouvernementale : les attaques ont porté une fois sur le régime général, une fois sur les fonctionnaires, une fois sur les régimes spéciaux. Finalement, tous ont été durement touchés. Les inégalités ont été renforcées, particulièrement celles entre les femmes et les hommes. L’allongement de la durée de cotisations, mesure-phare du projet patronal et gouvernemental, conduit à une retraite plus tardive et à des pensions plus faibles pour tous et toutes !

Un problème de financement ?

Le Conseil d’Orientation des Retraites, le rapport Moreau, le gouvernement, tous mettent en avant le besoin de 20 milliards d’euros pour 2020. Mais en 25 ans, par l’allongement de la durée de cotisations, le recul de l’âge de la retraite, l’instauration de la décote, la désindexation des pensions par rapport aux salaires, l’augmentation du nombre d’années prises en compte pour le salaire de référence, la baisse du rendement des complémentaires, 40 milliards d’euros ont déjà été pris dans les poches des salarié-es (en activité, au chômage ou en retraite). Ca suffit : pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !

Non, un choix de répartition de la richesse !

La rémunération moyenne des patrons du CAC 40 a augmenté de 21% entre 2008 et 2012. C’est ça leur crise ? Imposons une répartition des richesses et les 20 milliards pour les retraites seront bien vite trouvés !

Pour nos retraites, unité contre les mauvais coups ! Construisons, à partir des entreprises, des services, des localités, un mouvement national interprofessionnel

Voir les commentaires

1 2 3 > >>