Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Suppressions d’emploi et avenir d’Air France : Y-a-t-il un Pilote dans l’avion ?

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Suppressions d’emploi et avenir d’Air France : Y-a-t-il un Pilote dans l’avion ?

Beaucoup de rumeurs circulent dans la compagnie. Une commission économie et production du Comité Central d’Entreprise s’est tenue lundi 7 décembre avec la participation de cadres dirigeants de la compagnie : Nous avons essayé pendant plusieurs heures d’y voir plus clair, nous n’avons pas réussi :

A ce jour nous avons 4 versions :

1/ Version présentée par Mr Southarewsky DRH personnel Navigant lors de cette réunion du 7 décembre :

Il y aurait peut-être moins de suppression d’emploi s’il y accord chez les navigants.

La prévision de 280PNT et 890 PNC à supprimer est basée sur une flotte de 93 avions Long Courrier (départ des A340 et report des B787)
2/ Version du CCE du 22 octobre, soutenue par Mr Gros, Drh personnel sol ce lundi 7 décembre :

Les suppressions d’emploi prévues sont les suivantes, d’ici avril 2017 :

Point à point -- Hub CDG-- Informatique--Pilotage------PNT-----PNC----Industriel---D.O.

Orly/Escales                                          économique                               DGI

 -500                -421               -51                 -409          -280      -890      -290          -80

 

Dans 3 secteurs, PNT, PNC et point à point Orly/escales, s’il n’y a pas d’accord de productivité (en gros travailler plus pour le même salaire), il y aurait menace de licenciements secs pour arriver à ces suppressions d’emploi. Dans les autres secteurs il y aurait un Plan de départs volontaires en complément des départs naturels. A la question posée si la flotte est ramenée à 93 avions long courrier, combien d’emplois en conséquence, Mr Gros n’a pas répondu.

Sa prévision reste celle du 22 octobre.

Basée sur 102 avions.

3/ Version présentée dans la presse et au CCE par Mr Broseta, DRH d’Air France :

« Tout secteur qui n’aura pas, dans le premier Trimestre 2016, d’accord de baisse de coûts, dans ce cas-là, ce sera des départs contraints ».

Le nombre d’avions n’est pas précisé…

4/ Version présentée à RTL le 18 octobre par notre super PDG De Juniac :

« en 2016, suppression de 1000 emplois. »

Aucun dirigeant d’air France n’a pu être en mesure à ce jour de nous expliquer ce chiffrage et sa déclinaison dans les différents secteurs. On vous parle même pas du nombre d’avions ….

 

La presse annonce l’annulation de la commande de deux B787 :

Mr Verspyck, Directeur financier annonce qu’il n’en est rien et qu’il s’agit d’un

simple report de commandes ?

Par ailleurs Air France aurait des options qu’il peut exercer à tout moment…. Mr Verspyck a aussi annoncé que la dette n’était plus un gros problème. Sur les économies à faire pour viser un résultat d’exploitation fixé à 750 Millions d’€ (il est prévu pour 2015 aux environs de 320M€), Mr Verspyck explique qu’un tiers sera réalisé par une amélioration de l’organisation, des méthodes.. et deux tiers par des économies sur la masse salariale d’où les suppressions d’emploi.

Sud aérien a répondu que les couvertures carburant cessant progressivement leurs effets en 2016, l’économie réalisée suffirait largement, étant de l’ordre de +600 Millions de Dollars pour Air France et 300 Millions de Dollars pour 2016. Et la presse annonce qu’avec la fin du blocus de l’Iran le pétrole pourrait encore baisser (40 Dollars…). Et par ailleurs la hausse du dollar, si elle augmente un peu la facture carburant, produit une hausse très importante de la recette sur l’Amérique du Nord. Enfin Sud Aérien dénonce la méthode des deux tiers sur la masse salariale, en gros, plus les agents font des efforts et plus il leur faut bloquer leurs salaires et supprimer les emplois….

On a donc quatre versions du même plan. Un fameux plan B qui est là surtout pour faire peur, accélérer les économies sur nos salaires et nos emplois et accélérer le développement du groupe … par l’extérieur ! avec l’accélération du programme Transavia, et la création d’une Transavia basée à Munich. Qui reprend petit à petit des lignes Air France (Vérone…).

Dans un transport aérien qui est toujours en plein développement et dans lequel le Groupe Air France augmente ses parts de marché et ses bénéfices. Et qui voudrait poursuivre, sur notre dos, vers la voie d’une rentabilité à deux chiffres, pour le plus grand bien de nos actionnaires et dirigeants.

En même temps, la répression est brutale contre le personnel qui veut se faire entendre : Les quatre salariés du cargo et celui de l’industriel sont licenciés. Le report du procès au 26 Mai 2016 ne fait que démontrer encore plus l’injustice de licencier des salariés avant que la justice ne se prononce. C’est la fameuse justice patronale, et pendant ce temps, nos camarades sont sans salaire….

Il nous faut poursuivre la mobilisation :

Pour la défense de nos emplois dans un secteur bénéficiaire en plein développement.

Des embauches dans tous les secteurs pour le service auquel nos passagers ont payé.

Pour l’arrêt du blocage des salaires et le retour à une progression de nos salaires dans un pays où les prix continuent à augmenter (logement, fruits et légumes, impôts…).

Pour le développement de la Compagnie Air France et l’arrêt de la Low Costisation

de nos emplois.

Non aux licenciements

Réintégration de nos camarades licenciés

 

Voir les commentaires

CCE EXTRAORDINAIRE du 04 Décembre 2015. 1000 Suppressions d’emplois en vue en 2016 !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

1000 Suppressions d’emplois en vue en 2016 !

CCE EXTRAORDINAIRE du 04 Décembre 2015. 

1000 Suppressions d’emplois en vue en 2016 ! 

 

Le cabinet d’expertise externe SECAFI a fourni aux élus son rapport sur la situation économique d’Air France et ses projets:

« Le plan B avec sa baisse de 14 avions n’engendrerait qu’une amélioration de +130M€ sur le résultat d’exploitation. Ce montant n’est pas cohérent au vu des dépenses de restructurations consécutives à ce scénario et peu pertinent au vu des conséquences sociales. La flotte long-courrier serait lourdement impactée par ce plan. Mais la Direction d’AF a déjà entamé ces sorties d’avions en mettant fin aux contrats de location des 340. Les B747 sortiront eux de la flotte en Janvier 2016. Concernant les B787, l’essentiel des décisions doit être pris en 2016. Et dès 2016, l’attrition s’engage avec des baisses de fréquences sur plusieurs lignes.

 

                     AIR FRANCE                  Cumul 2016-2018                Cumul 2016-2018

                                                         Secteur Long Courrier         Secteur Moyen-Courrier

Offre Siège Kilomètre avec plan A               +2.7%                                    -3.6%

Offre Siège Kilomètre avec plan B               -8.6%                                     -8.3%

 

Or le marché du transport de passagers va lui progresser d’environ 18% (cumul 2016-2018). Concernant l’emploi, tous les secteurs d’activités seront touchés par des destructions d’emplois :–1817 pour les personnels au sol  et –1170 pour les personnels navigants.

Ces emplois risquent de faire défaut à Air France au moment où ils seront nécessaires. Les équipes concernées vont être soumises à de forte pression. Cette stratégie de repli sera de plus peu motivante pour les équipes. Ces scénarii amèneront de fait l’entreprise dans une logique de repli commercial et de maintien d’une situation de compétitivité défavorable. »

 

La direction ne répond pas précisément aux questions des élus du CCE. Elle nous dit que l’avenir de notre compagnie dépendra que de signatures d’accords.

Xavier Broseta (DRH AF) :

« On va progressivement prendre des décisions pour un repli d’activité inéluctable. Pour 2016, c’est déjà trop tard. Pour 2017, les décisions seront tranchées au premier trimestre 2016. Le repli de l’activité sera progressif. Il est clair que l’impact majeur se fera sentir après l’été 2016, date à laquelle les risques d’exécution se matérialiseraient. Nous devons savoir au premier trimestre 2016 si nous pourrons atteindre les économies escomptées.

Tout secteur qui n’aura pas, dans le premier Trimestre 2016, d’accord de baisse de coûts, dans ce cas-là, ce sera des départs contraints. »

 

Pour Sud Aérien, nos dirigeants, avec ces plans de baisse de nos capacités, vont à l’inverse des tendances du marché. Ils choisissent une logique de baisse d’activité, de baisse de transport de passagers, au moment où les bénéfices/passager n’ont jamais été aussi hauts

(8$/passager source IATA 2015).

Pourquoi !?

Quelle est leur logique ?

Dans un secteur en croissance (+6%/an), nos concurrents vont, eux, profiter de cette aubaine et pourront récupérer les passagers que nous ne serons plus en capacité de transporter. Ce processus est engagé depuis longtemps, il vise à casser la masse salariale de notre compagnie. Ces dirigeants broyeurs d’emplois, parachutés des ministères publics, n’ont pour seule stratégie que de ruiner le capital humain de notre entreprise.

 

Mais avec quels effectifs allons-nous nous développer pour l’avenir ?

En faisant baisser la flotte d’Air France, nos dirigeants créent volontairement du sureffectif pour mieux pouvoir s’en débarrasser.

Quels seront donc les sureffectifs identifiés en 2016 ?

Pas de réponse de la direction…

La seule alternative qui nous est proposée est un chantage aux licenciements dans les différents secteurs de notre entreprise.

« Soit vous signez, soit il y aura des départs contraints ! »

PLAN A ou PLAN B, le processus de réduction de 1000 emplois en 2016 est déjà enclenché sans en connaître précisément les contours. On peut supposer qu’il touchera en priorité les PNC, et le Point à Point (Orly et Escales).

Nous devons résister face à cette direction qui depuis 10 ans, ne sait que nous proposer des plans de baisses d’effectifs dans des secteurs qui sont déjà surchargés de travail.

 

L’intersyndicale qui mène le combat contre ces projets proposera des actions pour empêcher des licenciements qui s’annoncent massifs si aucune résistance n’est opposée.

Le combat ne fait que commencer et la réponse des salariés

doit être forte et massive.

Voir les commentaires