Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FILIALISATION OR NOT FILIALISATION ? DANGER, DANGER!

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

FILIALISATION OR NOT FILIALISATION ?  DANGER, DANGER!

QUAND LA DIRECTION MET LE FEU AUX POUDRES !

ET TRUST TOGETHER ALORS ? 

CONFIANCE EN QUI ? CQFD !

APRES L’ANNONCE DE FILIALISER LA DGI AIR FRANCE, PREPARONS-NOUS A SUBIR LE MEME SORT CHERS COLLEGUES DU HUB ET DE NAVARRE ! 

Des rumeurs courent, que la DGI ne serait pas la seule concernée.

Rien d'étonnant à cela.

Pour SUD AERIEN, ce scenario était un de ceux envisagés depuis des années, après analyses des objectifs financiers de nos « ogres d’actionnaires» de la Finance mondiale.

Comme des citrons, ils pressent toutes les entreprises cotées en bourse avec la complicité des dirigeants forts bien rémunérés à la botte de cette finance mortifère tueuse d'emplois.

Exemple récent parmi tant d’autres, celui de Volkswagen qui veut licencier d’un coup 30000 emplois dans le monde, pour un pseudo passage à la voiture électrique alors que les milliards perdus avec le scandale à la pollution, reste plus plausible et que, pour ne pas perdre ses profits et les augmenter, elle « taille dans le beefsteak salarial ».

Enfin, la Direction d’AIR France « abat vraiment ses cartes » et nous fait voir son «vrai dessein» : se débarrasser de tout son personnel au sol, Roissy CDG berceau du HUB

compris, même si depuis toujours on nous certifiait mordicus, que le HUB était le «bastion imprenable» qui saurait résister aux diverses attaques de la sous-traitance !

Foutaise, il n’en était rien car depuis belle lurette, le remplacement des salariés d’AIR France, avait déjà commencé, en piste, à PR à Px, à CDG1, etc.

Le gain tiré est bien trop important pour qu’ils s’en privent.

Quoi de plus naturel, pour des financiers de finir le travail en se débarrassant par des PDV, des salariés PS et PNC d'Air France (15 000 départs depuis 2009), et pour ceux qui restent, des « serrages de ceintures historiques ».

Arrive avec Janaillac, l'innommable, l’insupportable, le déclin.

Filialiser pour mieux exploiter et démolir des pans entiers du tissu social de notre belle compagnie ! Bientôt, il faudra parler d’elle au passé car son démantèlement est programmée avec le projet « boost », qui s’apparente d'avantage à du «*kick in the ass» pour les salariés.

Alors non merci Janaillac et consorts !

A peine arrivé, il se paye grassement sur notre dos d'un salaire de prêt 1,2 millions d’euros annuel alors que nos salaires sont gelés depuis plus de cinq ans.

De qui se moque t'on? De nous!

Jadis, à AIR France, il y avait des Métiers et des hommes, demain, il ne restera plus qu'une coquille vide, sans âme qui vive, hormis les machines. Et viendra LA méga compagnie aérienne. Le rêve des financiers « banksters », et autres affairistes rongés par l'appât du gain. L’horreur !!

Les rats quittent le navire vers de nouveaux horizons plus tranquilles!

Les départs massifs de nos cadres et haut- cadres du HUB et de la DG, sont de très mauvaise augure et sont des signes avant-coureurs indiquant des chamboulements sociaux et structurels violents, très violents pour les salariés.

PREPAREZ-VOUS CHERS COLLEGUES ! CA VA SECOUER !

Pour rentabiliser un peu plus leurs affaires, les « décideurs» vont se débarrasser de nous en nous faisant signer au mieux des contrats low- cost au sein d'une filiale au pire, le pôle Emploi.

La filialisation entraine toujours le déclassement social des salariés et un grand risque de chômage!

Et ça sera nos adieux à AIR France, à moins qu'un 1993 bis, des réactions vives et massives fassent barrages à ces projets infâmes !

Les salariés de la DGI ne se laisseront pas filialiser comme ça, et la réaction sera vive, très vive, n'en doutons pas chers collègues. La résistance reste la seule alternative qui doit s’imposer à tous les salariés d’AIR France. Personne ne sera épargné par les appétits « gargantuesques » de ses sangsues prêtes à tout pour se goinfrer de profits.

ALORS SOYONS PRET A REAGIR A CES ATTAQUES MORTIFERES QUE VEULENT NOUS

IMPOSER LES DIRIGEANTS DE NOTRE COMPAGNIE AIR FRANCE. NE LES LAISSONS PAS DILAPIDER NOTRE BELLE ENTREPRISE. TOUTES ET TOUS DERRIERE LES COLLEGUES DE LA DGI IL EN VA DE NOTRE SURVIE!

NOUS REVIENDRONS BIENTOT VERS VOUS EN TEMPS VOULU .

*coup de pied au cul

 

Voir les commentaires

Affaire Tefal : la justice condamne l’inspectrice du travail et le lanceur d’alerte

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Affaire Tefal : la justice condamne l’inspectrice du travail et le lanceur d’alerte

La justice condamne l’inspectrice du travail et le lanceur d’alerte

La cour d'appel de Chambéry a condamné, ce 16 novembre, l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer à une amende avec sursis de 3500euros. Le tribunal confirme ainsi la décision prise en première instance en décembre 2015.

Les faits qui sont reprochés à Laura Pfeiffer remontent à 2013 : après avoir exigé de l’entreprise Tefal (filiale du groupe Seb) qu’elle revoit les termes de l’accord sur les 35 h, l’inspectrice du travail se voit rappelée à l’ordre par sa hiérarchie. Elle alerte les syndicats et reçoit le soutien d’un salarié de Tefal. Celui-ci lui fait passer des mails révélant des liens de connivence entre la hiérarchie de Laura Pfeiffer et la direction de Tefal  (Lire notre article ici). L’entreprise décide alors de porter plainte contre l’inspectrice et le salarié pour violation du secret professionnel et recel de documents confidentiels. Le salarié de Tefal a aussi été condamné à une amende avec sursis de 3500 euros.

« Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie »,proteste l’intersyndicale (CGT, Sud, Syndicat national unifié, FO, CNT) dans un communiqué. « Cette condamnation s’inscrit dans un contexte plus large de criminalisation des mouvements sociaux (Goodyear, Continental, Air France, …) et de répression des mobilisations (loi travail). Elle vient ainsi s’ajouter à la liste déjà longue des injustices sociales et des attaques contre les droits des salariés » , ajoutent les syndicalistes (lire : Air France, Goodyear : derrière les procès médiatisés, une répression anti-syndicale en passe de se généraliser). L’indignation est d’autant plus vive que cette condamnation intervient quelques semaines après le classement sans suite de la plainte déposée par Laura Pfeiffer pour harcèlement moral de la part de son supérieur hiérarchique.

« Il y a bien deux poids et deux mesures et la justice se rend complice des stratégies des entreprises pour échapper à leurs obligations, estime l’intersyndicale. Désormais, des milliers de patrons pourront s’appuyer sur ce jugement pour licencier des salariés et pour porter plainte contre ceux et celles dont la fonction est de faire respecter les droits des salariés. Certains n’ont d’ailleurs pas tardé à le comprendre : des plaintes contre des agents de contrôles [de l’inspection du travail, ndlr] se sont multipliées, en particulier dans le département de la Haute-Savoie. » L’intersyndicale s’insurge aussi du silence du ministère du Travail, qui en trois ans n’a manifesté aucun soutien à l’inspectrice mise en cause.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>