Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EXIGEONS NOTRE PART DU GATEAU!

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

LES SALAIRES : l’affaire de tous !

  
Après la mobilisation du 31 janvier à l’appel des syndicats SUD AERIEN et  CGT, 
la direction modifie le calendrier des négociations :

Une unique et dernière réunion le 5 remplace 
celles du 4 et 7 février !

 

gare aux signataires !


Qu’à cela ne tienne les revendications, elles, restent inchangées 
et ce rebondissement de dernière minute ne fait que 
traduire l’inquiétude de la direction face au mécontentement 
légitime des salariés. 
Nos salaires et notre pouvoir d’achat dépendent 
de notre détermination, n’acceptons pas un accord 
au rabais mais restons mobilisés pour obtenir 
de  réelles augmentations :

 

50 points d’augmentation sur le salaire de base 
pour ratt
raper la perte de notre pouvoir d’achat 
depuis 15 ans 
La création d’un 11ème échelon 
d’ancienneté 
L’augmentation des IKV à hauteur de 
l’augmentation du prix du carburant

L’extension de la prime- repas 
ex- Air Inter (6,33 € ) à tous.

 

Ces revendications sont réalistes et 
légitimes au regard :

 

Du résultat net d’exploitation : 1,24 milliards d’€ 
en hausse de 32,5%

Des augmentations du PDG et dirigeants :
 +28,5%

Des augmentations des dividendes aux actionnaires :
+60%

 

 

Le « gâteau » des bénéfices nous en avons préparé 
la pâte, nous l’avons
 mis au four et maintenant qu’il est prêt 
nous en voulons notre part, pas 
les miettes généreusement
laissées par nos dirigeants !

Ce n’est pas un rattrapage de 0,7% pour 2007 
( non rétroactif bien-sûr) 
et 2,3% pour 2008 qui 
compensera
notre perte de pouvoir 
d’achat sur plusieurs années.

Quand bien même la direction dans sa grande 
mansuétude nous accorderait 
quelques centaines d’€ d’augmentation de PUA, 
le compte n’y serait toujours pas!

Ne nous y laissons pas prendre, le spectre du 
contexte économique
incertain, de la concurrence
 
(en d’autre temps du SRAS, 
de
la hausse du carburant)

se manifeste surtout  lorsque les salariés 
montrent quelques velléités

d’améliorer leur bulletin de paie.

 

Rien n’est encore joué, nous 
n’obtiendrons 
de
réelles augmentations

qu’en étant massivement mobilisés et déterminés.

Commenter cet article