Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LETTRE OUVERTE A L’ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES PN/PS AIR FRANCE

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Paray, le 5 février 2010

 

 

 

Chers collègues,

 

Il y a urgence : malgré nos différences en termes de pratiques et d’orientation syndicale, nous partageons certainement tous la même préoccupation : celle de sauver les activités du CCE !

 

Nous savons tous également que les problèmes financiers du CCE sont en premier lieu d’ordre structurel, au même titre que nous avions tous connaissance, dès juin 2009, du rapport du commissaire aux comptes du CCE qui nous alarmait sur la trésorerie du CCE et sur le déficit chronique accumulé depuis 2005.

 

Quant aux présomptions de malversations financières, la justice dira le droit.

 

Dans l’immédiat, il nous semble urgent que l’ensemble des organisations syndicales se rencontre pour aboutir à un accord majoritaire sur la répartition de la subvention globale, accord que nous présenterions à la direction d’Air France.  

 

Cet accord devrait à notre sens aboutir à une solution négociée par toutes les organisations, en tenant compte de l’évolution des dernières années mais en ayant pour objectif de permettre le financement solidaire dans un pot commun de ce qui préoccupe en premier lieu les agents de l’entreprise : l’accès à des séjours vacances familiales et vacances jeunes à des tarifs décents, dégressifs et payables en plusieurs échéances.

 

Si nous ne faisons pas les uns et les autres cet effort collectif, alors c’est l’image du syndicalisme dans son ensemble et des syndicalistes pris individuellement qui serait durablement dégradée auprès des salariés ce qui laisserait donc une marge de manoeuvre encore plus grande pour la direction, pour nous imposer sa stratégie permanente de réduction des coûts sociaux au détriment des rémunérations et des emplois des salariés d’Air France.

 

Veuillez recevoir, chers collègues, nos salutations solidaires.


Pour SUD Aérien                                                                                                          

Pierre CONTESENNE

Commenter cet article