Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

QUAND LA PASSERELLE A380 AUX « CANNES A MON SERIN » FLANCHE !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

 

Jadis, les passerelles étaient positionnées par les chefs avion.

Or, depuis la suppression du métier de coordonnateur,  voulue par la direction,

la mise en place des passerelles se fait le plus souvent par des

salariés en restriction médicale.

Bien évidemment, excepté une rapide formation des agents, la direction ne

gratifie en rien cette fonction ce qui est scandaleux. En effet, la responsabilité

qu’engage le salarié n’est pas anodine, et pourtant la direction n’estime

pas devoir rémunérer outre mesure cette activité parfois risquée. 

 

Le dimanche 12 juin 2011, sur le vol en partance pour Montréal,

opéré par l’A380 en E71, un incident passerelle c’est produit provoquant

la destruction de celle-ci. 

 

L’embarquement était terminé, lorsque le salarié AF entreprit le

retrait de la 3ième passerelle.

Malheureusement, une personne à mobilité réduite n’avait

pas encore embarquée, ce qui contraignit l’agent AF à repositionner

la passerelle. Après l’embarquement terminé, l’agent AF s’apprête

à reculer la passerelle. Après avoir mis le contact, celle-ci s’est mise

en défaut, et l’on  a dû faire intervenir un technicien ADP qui a  essayé

à son tour la même opération. Celle-ci s’avérera être un échec.

A ce moment là, il réitère la manœuvre et soudain, une brusque secousse survint

conduisant à la rupture des tubes porteurs occasionnant l’affaissement de la

passerelle qui s’écrasa sur la deuxième.

 

Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer, mais que cache cet incident ? 

Un défaut de conception, de fabrication ou encore de matériau peu fiable ? 

 

Nous demandons que les CHSCT se penchent sur cet accident qui aurait pû avoir des conséquences dramatiques.

 

Pour des raisons évidentes de sécurité, toutes les passerelles de ce type

(3ième passerelles A380) ont été immobilisées. 

 

Notre syndicat revendique :

 

Que la conduite des  passerelles soient reconnues comme une

activité technique à part entière, validant une compétence et

ouvrant droit à une « prime passerelles » ,ce qui était

le cas pour les chefs avion. 

 

Il est inacceptable que des salariés missionnés agent passerelles se voient

refuser cela ,alors qu’ils engagent leur responsabilité au quotidien et

visiblement leur intégrité physique et morale. 

 

Merci pour eux!


Commenter cet article