Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le cabinet du ministre du redressement productif : Un speed - dating improductif !

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

 

Ce lundi 17 septembre, SUD Aérien était reçu par Ch Bejach, conseiller auprès du
ministre du redressement productif, Montebourg. Rencontre expéditive s’il en est,
puisque arrivé avec une demi heure de retard, il nous informait qu’il n’avait qu’une
demi heure à nous consacrer.
S’agissant de la suppression de 5000 emplois dans une société
détenue à 15% par l’état, nous vous laissons imaginer le temps
qu’il est prêt à accorder à la petite PME du coin qui licencie 20 salariés !
A peine le temps de nous présenter, pas le temps
d’aborder les contours de l’entreprise, les enjeux économiques et sociaux, les tours
de passe-passe de la direction. A ces yeux, ce que présente la direction est
forcément la réalité économique de l’entreprise "qui se trouve dans une situation
catastrophique" (dixit Bejach).
Notre interlocuteur du jour, défend d’emblé l’intérêt des actionnaires d’Air
France. Il ne nous à pas semblé apte à écouter les doléances des salariés.
La sous traitance des activités en chine où au Maroc, ça ne l’émeut pas plus que ça.
Entre intérêt de l’entreprise et sauvegarde de l’emploi, il semble avoir déjà choisi
son camp.
Il faut dire que quand on se penche sur son Curriculum vitae : Directeur Général
Adjoint et membre du directoire de Compagnie Financière Saint Honoré, (groupe
Rothschild), directeur associé du groupe Euris-Rallye. Patron de la Cie l’Avion,
(revendue depuis à British Airways)…, on comprend mieux qu’il soit plus sensible
aux arguments des patrons qu’à ceux de syndicalistes.
SUD Aérien – DGI – Orly, bât 29, 2 avenue de Fontainebleau 94310 Orly ville
Tel : 5 50 76 –
Bureau National AF :

Tél : 5.20.85 - Fax : 5.64.02 - e-mail : sudaf@wanadoo.fr Sur le web : sud-aérien.org
Vingt minutes sont à peine passées que déjà il nous presse vers la sortie et lui vers
une autre réunion. "Il existe d’autres urgences en ce moment"… il est clair qu’il a
d’autres chats à fouetter. Sans doute nos camarades d’Aulnay, et souhaitons que le
fouet n’est pas celui des CRS.
Ne pas régler la crise en 5 minutes, on veut bien l’entendre mais ce n’est pas en
faisant du speed-dating social qu’on préservera l’emploi à Air France et au-delà
dans notre beau pays.
En conclusion :
Nous avions reçu écoute et compréhension lors de notre
rencontre avec M. Catala, député maire de Créteil, au mois de juin. Par
la suite il fit différentes démarches auprès des ministères et de
l’assemblée, prenant en compte la fermeture du HN3 et de la nécessaire
défense de l’emploi.
Là, avec M. Bejach, ce fut toute la froideur technocratique que nous rencontrâmes
avec un personnage peu apte à défendre l’emploi des salariés d’Air France.
S’ils sont tous pareils au ministère du développement productif, avec ce qu’ils ont
dans le citron, il est évident que le seul développement qu’ils conçoivent est celui
des intérêts des actionnaires et la seule chose qu’ils voient de productif se sont
les salariés, dans la droite ligne de la pensée unique.
Le problème avec la pensée unique c’est que quand elle est partagée par autant
d’individus, comme elle est unique, ils partagent et forcement, ça laisse bien peu
d’espace de réflexion pour chacun !
Pour autant, SUD Aérien continue sa démarche d’interpellation systématique de
tous les acteurs possibles de la vie publique, à même de pouvoir prendre en
considération l’intérêt et la défense des salariés.
Pour la Délégation : Philippe – Alain - Claude

Commenter cet article