Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Annonce du Plan B… Diminution des effectifs Nos dirigeants s’enfuient devant leurs salariés

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

La DRH fuit devant la colère des salarié(e)s de la compagnie Air France

La réunion du CCE a commencé à 9h30. La disposition de la salle était aujourd’hui inhabituelle, la direction s’étant mise juste à côté de la sortie… une petite porte dérobée juste derrière eux. La direction s’attendant surement à une interruption du CCE par des salariés.

Mr Gagey DG d’Air France commence son allocution devant les élus du CCE sur les avancées     de Perform :

« En 2015 on s’attend à un résultat d’exploitation très positif, supérieur à 123M€… mais dans la continuité de notre plan, nous allons sortir 14 avions Long Courrier (LC) de la flotte. Ce qui donnera au total pour le LC : 107 avions en 2015, 102 en 2016 et 93 en 2017. Une activité Long Courrier en baisse de 10% »

 

SKO          Heures de Vol Avions

2016   -3% -3% -5

2017 -7% -9% -9 

 

5 lignes fermeront (surtout vers l’Est) Une plus forte saisonnalité de l’offre pour mieux coller à la demande (6 lignes concernées) des réductions de fréquences sur les Longs courriers (22 concernées)  Différer les commandes de B787

Mr Gagey :

« La baisse d’activité va générer du sureffectif que nous avons déjà identifié : 1700 salariés pour le Personnel au Sol, 900 PNC et 300 Pilotes. Si à l’issue des négociations, il n’y a pas assez de départs volontaires, alors nous aurons recours aux départs contraints dans les secteurs visés. »

Pour Sud Aérien :

La Direction d’Air France vient d’annoncer une nouvelle série d’attaques contre les salariés de la Compagnie, dans le cadre de son plan « Perform 2020 » qui vise à obtenir 1 Milliard d’économie par an pour le Groupe AF/KLM. Fait unique dans son histoire, la direction promet 10% de baisse de l’activité vols long-courriers et des licenciements secs en cas d’échec des négociations. Pour arriver à ses fins, la Direction fait mentir de manière éhontée les chiffres des résultats économiques pour répéter la même information : « Air France va mal ». Litanie que l’on entend depuis plusieurs années. Or AF/KLM a déjà réalisé 20% de gains de productivité en deux ans, supprimé 8000 emplois et cassé tous les accords pour les remplacer par d’autres largement revus à la baisse, avec des salaires bloqués depuis trois ans. Et un EBITDA (Earnings Before Investments….) qui augmente encore. L’été a été très bon et la recette est restée élevée, permettant d’engranger de forts gains avec la baisse du pétrole. Mais les actionnaires en veulent plus, cela ne suffit pas aux appétits capitalistes qui veulent une rentabilité à deux chiffres.Avec 8000 emplois déjà supprimés, la direction veut se débarrasser de 2900 emplois supplémentaires et menace de licenciements secs !

Nos dirigeants, qui sont à court d’idée, ont toujours la même rengaine : Taper sur la masse salariale  Aucun projet novateur Aucune mesure pour capter la croissance du transport aérien  Un dialogue social inexistant ou la direction ne veut rien négocier

 

Après 5 années de mesures Transform 2015, l’annonce d’un énième plan de départ a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Environ 1500 agents grévistes se sont réunis à 10h devant le siège de CDG. Ils voulaient dialoguer directement avec leur PDG. Ils sont donc entrés dans le siège de CDG pour s’inviter au CCE.

Lorsqu’il a appris que des agents étaient entrés à l’intérieur du siège, Mr Gagey s’est rapidement enfui de la salle du CCE. Le « capitaine » quitte le navire ! Il est donc parti avant que les salariés arrivent, laissant à Mr Broseta (DRH AF) la charge de recevoir les agents en colère. 3 minutes après la fuite du PDG, la salle s’est rapidement remplie de salariés de tous métiers confondus : Personnels au sol, PNC, PNT,… tous voulaient voir leur PDG et lui demander des explications sur ses annonces et ses menaces de licenciements.

Or le PDG s’étant enfui, il n’y a pas eu dialogue. Mr Broseta s’est entouré de vigiles et a voulu sortir rapidement de la salle du CCE. Les salariés déçus n’ont pas compris cette attitude ! Aucune explication de la part de leurs dirigeants ! Beaucoup d’exaspération des salariés face à une direction qui fait planer la peur des licenciements et qui s’enfuit quand les salariés arrivent.

Mr de Juniac n’a lui, même pas osé venir au CCE pour annoncer qu’il veut supprimer 2 900 emplois à Air France. Bel exemple de courage !

Hier, il y a eu une démonstration de cohésion inter-catégorielle : agents d’escale, mécaniciens, PNC, bagagistes, agents du fret, passage, ASC, pilotes, logistique…Tous unis en grève pour dire à nos dirigeants que des licenciements sont inacceptables ! Nous ne les laisserons pas nous mettre à la porte de NOTRE entreprise sans réagir.

La manifestation s’est ensuite poursuivie unitairement jusqu’à l’aérogare avant de revenir au siège vers 14h30. Le CCE qui devait reprendre à 14h30, a été annulé par la direction.

Une intersyndicale a eu lieu à 15H30 avec l’ensemble des syndicats présents lors de cette journée. Toutes les organisations présentes se sont réjouies devant la mobilisation d’ampleur qui a eu lieu ce 5 octobre, réunissant ensemble PS, PNC et PNT. Pour toutes il ne peut s’agir que du début d’un mouvement d’ampleur, qui devra encore grossir pour regrouper l’ensemble des personnels. C’est la condition nécessaire pour préserver nos emplois et nos conditions de travail. Ces organisations font le même constat : Air France est une entreprise rentable dans un secteur d’activité en forte croissance. Dans ces conditions le plan d’attrition engagé par la direction est collectivement rejeté.

Si l’intersyndicale n’a pas encore confirmé la date de la prochaine mobilisation,

le 22 octobre, date du prochain CCE, a été évoqué.

Tous ensemble poursuivons la mobilisation !

 

Voir les commentaires

Air France, la gestion de l’emploi par la politique du pire.

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Air France, la gestion de l’emploi par la politique du pire.

Air France a connu un très bon 1er semestre avec un Résultat d’Exploitation en hausse de 129M d’€, un coût au Siège Kilomètre Offert en baisse de 4,7% et une diminution de la dette de 857M d€.* Les résultats de l’été s’annoncent excellents avec un trafic (PKT) en hausse de 2,2% et un Coefficient d’occupation supérieur à 90%.
Pour autant, malgré ces excellents résultats, la direction continue sa gestion par le stress et la peur. Après avoir massacré nos acquis sociaux, c’est maintenant à l’emploi qu’elle s’attaque, car c’est bien une véritable déclaration de guerre que lance la Direction d’Air France dans ses menaces aux salariés. A écouter nos dirigeants, le progrès social est devenu ringard et c’est la misère des salariés qui doit devenir la règle. 

De Juniac et sa clique rêvent de nous renvoyer à la préhistoire du droit social. Son modèle économique : la lowcostisation des salariés. Ainsi, il brandit la menace de sous-traiter la quasi-totalité des métiers de la piste, du passage, la filialisation d’une partie de l’informatique menace de licenciements, partout où nous pourrions être plus cher que le marché.

Oui, les salariés d’Air France sont mieux payés et connaissent de meilleures conditions de travail que dans d’autres régions du monde. Et alors, devrions-nous envier, comme M. de Juniac le suggère, le sort de travailleurs susceptibles de finir en prison pour fait de grève ?
Ce type de gestion que développe l’entreprise aujourd’hui ne conduit ni à une implication des équipes, ni à des gains de productivité, mais au contraire, à une augmentation du stress, des arrêts maladies, des accidents de travail et plus généralement à une démotivation généralisée des équipes. 

Air France ne pourra continuer à se développer et répondre aux exigences de qualité qui préfigurent à son image de marque et auxquelles sont attachés nos passagers, que par le maintien d’un haut niveau de compétences, avec des salariés impliqués, correctement formés, motivés et en nombre suffisant. 

Pour nos dirigeants nous serons toujours trop chers !
Alors qu’il n’y a pas eu d’augmentation générale des salaires depuis quatre ans, avec Transform 2015, nous avons subi une diminution des effectifs, la diminution de la grille d’ancienneté, le travail des jours fériés non compensés, la suppression des jours de repos, la diminution des jours de congés et de RTT, l’augmentation des jours Cadres, tout cela entrainant toujours plus de productivité. 

 

Mais pour nos patrons ce n’est pas jamais assez !
Pendant que l’on se serre la ceinture, que nous connaissons des fins de mois de plus en plus difficiles, dans le même temps, les dix plus hauts cadres d’Air France se prennent 10% d’augmentation de salaire (source bilan social AF).
Monsieur de Juniac a vu son salaire multiplié par 8 en arrivant à Air France, rémunération qui n’a cessé d’augmenter depuis, (sans compter ses différents appointements dans divers Conseils d’Administration).
Lui qui gagne en un an ce que beaucoup d’entre nous ne gagnerons jamais durant toute leur carrière, quelle légitimité a-t-il pour estimer que nous sommes trop payés ? 

 

Les salariés d’Air France ne doivent pas être dupes. Nos très chers patrons se gavent sur
notre dos
en s’octroyant de généreuses augmentations et primes de performances et
d’objectifs en tout genre. 

A nous aussi de réclamer notre dû !

 

Ni plan A, ni plan B, le Plan de SUD aérien :

  •  Pour le Développement d’Air France, avec des salariés Air France,
  •  Pour des embauches dans tous les secteurs de l’entreprise,
  •  Pour l’augmentation et le rattrapage des pertes de salaire.
  •  Pour la défense de nos conditions de travail et de nos rémunérations,
  •  Pour s’opposer à toute menace de filialisation ou de sous-traitance,

 

Tous en grève le 05 octobre 2015
Appel du dimanche 4 octobre 22h00 au mardi 6 octobre 7h00 de 1 h à la vacation complète.
(pour le personnel soumis à la loi Diard, n’oubliez pas de vous déclarer 48h à l’avance).
A l’appel de l’Intersyndicale Personnel Navigant Technique, Personnel Navigant
Commercial, Personnel au Sol :
Rassemblement à partir de 10h00 devant le siège Air France.
Pour les différentes escales, et entités, des points de rendez-vous seront organisés localement. 

Voir les commentaires