Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Passe droits: les patrons maintiennent leurs acquis!!

Publié le par SUD AERIEN ROISSY ESCALE

Passe droits: les patrons maintiennent  leurs acquis!!

Première classe

Air France développe une politique commerciale destinée à câliner ses
meilleurs clients, gratifiés de/cartes gold, platinium, très grand voyageur et autres attributs qui donnent l’illusion de compter dans la société.

Mais la vraie distinction est ailleurs : c’est l’appartenance à un cercle chic :

le Club 2 000

2 000 personnes, leur nombre est plafonné volontairement, dans le monde, quel que soit le tarif du billet qu’elles ont acheté, sont traitées avec les plus grands égards.
Jean-Cyril Spinetta, le président de la compagnie, tient personnellement la liste à jour. Parmi les heureux élus : la plupart des anciens ministres des Transports, mais aussi Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, et, avant lui, le cardinal Lustiger. Un mélange de politiques, de hauts fonctionnaires et de personnalités plus en vue, comme quelques Prix Nobel. Pour ceux-là, la compagnie est capable de retarder un appareil
ou peut débloquer un siège ou deux dans un avion bondé pour y accueillir des personnalités signalées.

De même, dans tous les TGV, trois places vides sont réservées jusqu’au dernier moment. Ce sont les places DG, pour « direction générale ». Là encore, c’est un proche du
président de la SNCF qui gère les demandes, traitées par ordre d’influence. « Tous les députés n’y ont pas droit, explique l’ancien ministre des Transports François Goulard. En revanche, ceux qui sont bien introduits, les membres des grands corps de l’État par exemple, connaissent le numéro de téléphone du service VIP, situé gare Saint-Lazare.

Ils disposent de cartes gratuites de transport, théoriquement pour effectuer leurs missions de contrôle dans le cadre du service public. Ils en profitent aussi lorsque c’est le moment d’aller aux sports d’hiver en famille. » Dans un tel contexte, les plus fragiles psychologiquement perdent pied.

En mars 2011, un jeune oligarque monté en graine, Pierre Coppey, P-D-G de Vinci Autoroutes, prend place, avec un de ses collaborateurs, dans le wagon de première classe d’un TGV à Marseille, direction Paris. Personne ne lui demande rien mais, pour impressionner son compagnon de voyage, il apostrophe deux contrôleurs qui passent dans le couloir, ainsi que l’a raconté Le Canard enchaîné2 :

« Qu’est-ce que c’est que cette cravate, c’est Guillaume Pepy3 qui vous l’a offerte ? Je vais lui envoyer un mail, c’est un bon copain, pour lui dire que je n’aime pas la couleur. » Les contrôleurs apprécient peu ce trait d’humour raffiné et demandent leurs billets aux deux compères. Manque de chance, ils n’en ont pas. Une amende s’impose, mais Pierre Coppey décline ses nom et qualité auprès des préposés. Ceux-ci interrogent leur hiérarchie, et une instruction tombe en temps réel : ne pas verbaliser.

Ahhhhh! Privilège quand tu nous tiens........................!!

Commenter cet article